Vendredi 26 janvier 2018

Daniel Müller-Schott , violoncelle

Daniel Müller-Schott download

Daniel Müller-Schott compte aujourd’hui parmi les violoncellistes les plus en vue de la scène internationale. Avec une personnalité qui ne cesse de s’affirmer, cet « instrumentiste sans limite à la technique exceptionnelle » (New York Times) fait le bonheur du public depuis plus de vingt ans. Daniel Müller-Schott est l’invité des meilleurs orchestres internationaux : New York, Boston, Cleveland, Chicago, Philadelphie, San Francisco et Los Angeles aux États-Unis ; les orchestres philharmoniques de Berlin, de Munich et des Pays-Bas, l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, les orchestres radio de Berlin, Munich, Francfort, Stuttgart, Leipzig, Hambourg, Copenhague et Paris, le London Philharmonic Orchestra, le City of Birmingham Symphony Orchestra et l’Orchestre national d’Espagne en Europe ; les orchestres symphoniques de Sydney et de Melbourne en Australie ; l’Orchestre symphonique de la NHK de Tokyo, l’Orchestre symphonique national de Taïwan et l’Orchestre philharmonique de Séoul en Asie.

Ces collaborations l’amènent à travailler sous la direction de chefs tels que Ashkenazy, Dutoit, Eschenbach, Iván Fischer, Gilbert, Haitink, Neeme Järvi, Nelsons, Noseda, Vasily Petrenko, Previn, Sanderling et Urbański. De nombreux festivals internationaux l’invitent régulièrement, parmi lesquels les Proms de Londres, la Schubertiade, le Printemps de Heidelberg, les festivals de Schleswig-Holstein, du Rheingau, de Schwetzingen, du Mecklenburg-Vorpommern, de Vancouver, de Tanglewood, de Ravinia, ou encore le Hollywood Bowl.

Parmi les temps forts de sa saison 2017-2018 figurent un « Hommage à Rostropovitch » au Konzerthaus de Berlin avec Anne-Sophie Mutter; des concerts avec le Bayerische Staatsorchester et Kirill Petrenko; le Double Concerto de Brahms avec Julia Fischer à la Bayerische Staatsoper de Munich, à la Philharmonie de l’Elbe de Hambourg et au Carnegie Hall de New York; ainsi que des concerts avec Susanna Mälkki et le London Symphony Orchestra, Michael Sanderling et les Dresdner Philharmoniker, Emmanuel Villaume et le Prague Philharmonia, Leonard Slatkine et l’Orchestre symphonique national de la Radio polonaise, Andrew Grams et l’Orchestre symphonique de Barcelone, Arvid Engegård et l’Orchestre philharmonique d’Oslo. Daniel Müller-Schott s’est illustré dans de nombreuses productions discographiques sous les labels Orfeo, Deutsche Grammophon, Hyperion, Pentatone et EMI Classics, couronnées par les prix les plus importants (Diapason d’Or, Editor’s Choice de Gramophone, Strad Selection, BBC Music Magazine, Preis der Deutschen Schallplattenkritik, Choc de Classica, International Classical Music Award).

Daniel Müller-Schott s’est formé auprès de Walter Nothas, Heinrich Schiff et Steven Isserlis, et a bénéficié très tôt du soutien personnel d’Anne-Sophie Mutter avec sa Fondation. Celui-ci lui a permis d’étudier pendant une année en privé chez Mstislav Rostropovitch. Daniel Müller-Schott a fait sensation dès l’âge de quinze ans en remportant à Moscou en 1992 le 1er Prix du Concours international Tchaïkovski pour jeunes musiciens. Daniel Müller-Schott joue le violoncelle de Matteo Goffriller « Ex Shapiro », construit à Venise en 1727.

Kammerorchester Wien-Berlin download

Aux yeux du public comme de la critique internationale, deux orchestres seulement peuvent prétendre se disputer le sommet de la hiérarchie mondiale: les Orchestres philharmoniques de Berlin et de Vienne. Il est dès lors tout naturel dans pareille situation de mettre en valeur les différences qui caractérisent chacune des deux formations: élégance souple et noblesse des « Wiener », jeu vigoureux et passionné des « Berliner », cordes soyeuses des uns, vents brillants des autres. Face à de tels contrastes, il n’est pas exagéré de qualifier de petit événement la création de l’Orchestre de chambre Vienne – Berlin.

Mais à y regarder de plus près, les points de convergence sont nombreux. Le travail réalisé par les deux orchestres sous la baguette de chefs tels que Wilhelm Furtwängler, Herbert von Karajan, Claudio Abbado (tous deux directeurs de la Staatsoper de Vienne et chefs de l’Orchestre philharmonique de Berlin) et Sir Simon Rattle, les décennies marquées par la présence à leur tête de mêmes chefs invités, ainsi que l’héritage commun de la grande tradition musicale d’Europe centrale, ont imprégné durablement le jeu et la culture des deux formations. Caractérisé par une immense flexibilité et une beauté unique, ce son leur permet aujourd’hui encore de se démarquer des phalanges américaines ultra virtuoses. Malgré des rapports placés de longue date sous le signe de la cordialité les deux orchestres demeurent des concurrents sur le marché musical et ils l’assument parfaitement.

Tout a commencé avec un vœu d’anniversaire de Sir Simon Rattle: pour ses cinquante ans, le chef a émis le souhait de diriger les Wiener et les Berliner lors d’un concert commun. Le plaisir a été si vif d’un côté comme de l’autre que l’on a décidé d’inventer une suite à cette rencontre. C’est là qu’a germé l’idée de l’Orchestre de chambre Vienne – Berlin. Les musiciens qui le composent – dont la liste constitue une sorte de « Who’s Who » des plus importantes personnalités de l’univers orchestral – incarnent d’une certaine manière l’essence des deux phalanges. Leur idéal est de réunir dans leur répertoire la délicatesse de la musique de chambre et la puissance du registre symphonique. Leur philosophie de cultiver au travers d’un travail intensif un échange artistique unique profite à la fois au public et aux membres de cet ensemble d’exception.

Rainer Honeck (Konzertmeister depuis 1984 de l’Orchestre de la Wiener Staatsoper et depuis 1992 de l’Orchestre philharmonique de Vienne) assure depuis le début la direction artistique ainsi que la position de premier violon solo de l’Orchestre de chambre Vienne – Berlin.

Rainer Honeck , direction

Rainer Honeck download

Mozart, Haydn

Samedi 27 janvier 2018

Julia Hagen , violoncelle

Julia Hagen download

Julia Hagen reçoit sa première leçon de violoncelle à l’âge de cinq ans et se forme ensuite auprès d’Enrico Bronzi, Reinhard Latzko et Heinrich Schiff. Elle étudie depuis l’automne 2015 avec le Professeur Jens Peter Maintz à l’Universität der Künste de Berlin. De 2014 à 2016, elle est sélectionnée pour prendre part à la « Classe d’excellence de violoncelle » dirigée par Gautier Capuçon. Elle se produit en soliste avec de nombreux orchestres et est l’hôte du Beethovenfest de Bonn, du Piatti Festival, du Festival d’Aix-en-Provence, des Rencontres musicales d’Evian, des Musiktage de Mondsee, du Konzerthaus de Vienne, ou encore de la Société des concerts de Trieste. Elle a été invitée à se produire en 2016 dans le cadre du prestigieux Verbier Festival. Julia Hagen a décroché à l’été 2014 le Prix spécial ESTA lors du Concours international Brahms et a remporté en octobre 2016 le Concours international de violoncelle Mazzacurati de Turin. En 2017, elle s’est fait remarquer en atteignant le stade des demi-finales au Concours Reine Elisabeth. Sa saison 2017-2018 est marquée par ses débuts avec l’Orchestre de chambre de Vienne, ainsi qu’au Suntory Hall de Tokyo avec l’Orchestre symphonique du Metropolitan. Parmi ses engagements futurs figurent une tournée autrichienne avec la pianiste Annika Treutler et de la musique de chambre au Printemps de Heidelberg. L’automne 2017 voit la sortie de son premier CD chez Hänssler Classic, consacré aux sonates et aux lieder de Brahms.

Annika Treutler , piano

Annika Treutler download

Cette pianiste de vingt-six ans fait partie des talents allemands les plus prometteurs. Annika Treutler s’est distinguée à plusieurs reprises dans les concours nationaux et internationaux. Elle a notamment décroché un 3e prix lors du Concours international de piano de Montréal 2014 et a été la même année demi-finaliste au Concours international de l’ARD à Munich. En 2013, elle a atteint les demi-finales lors du Concours international de piano de Cleveland. En 2009, elle s’est vue décerner le 2e prix ainsi que le prix du public lors du Concours Grieg d’Oslo (aucun 1er prix n’a été attribué cette année-là). Elle s’est en outre fait remarquer lors du Podium international de piano de Munich et du Concours international de piano Gina Bachauer de Salt Lake City. Annika a été boursière en 2011 du Deutsche Musikwettbewerb. Consacré à Mendelssohn, son dernier CD est paru en 2015 chez Syquali/Harmonia Mundi. Elle avait sorti en avril 2013 chez Genuin un premier album dédié aux Fantasiestücke et à la Fantaisie en ut majeur de Robert Schumann. Parmi les temps forts de sa saison 2016-2017 figurent les débuts d’Annika Treutler avec l’Orchestre du Gürzenisch à la Philharmonie de Cologne, avec le Staatsorchester de Wiesbaden, au Mozarteum de Salzbourg et au Konzerthaus de Vienne. Elle se produira à nouveau avec le Deutsche Kammerorchester de Berlin au Konzerthaus de Dortmund et au Château de Kiel, et interprétera les Structures II de Pierre Boulez avec son partenaire de duo Kit Armstrong. Annika Treutler est également invitée à se produire dans le cadre du «Klavierolymp» du Kissinger Sommer et de l’Académie du Heidelberger Frühling. Durant l’été 2016, elle a été une nouvelle fois invitée à prendre part à la prestigieuse Academy du Verbier Festival. Durant la saison 2017-2018, la jeune pianiste fera ses débuts avec le Konzerthausorchester de Berlin.

Beethoven, Lutosławski, Attahir, Brahms

Daniel Lozakovich download

Se produisant à travers toute l’Europe aux côtés de phalanges telles que l’Orchestre national de France, l’Orchestre philharmonique de Radio-France, l’Orchestre philharmonique royal de Stockholm, l’Orchestre de la Suisse Romande et l’Orchestre national de Lyon, Daniel Lozakovich s’est rapidement imposé comme l’un des solistes les plus demandés de la scène internationale. Il collabore avec de grands chefs comme Adam Fischer, Vasily Petrenko, Leonard Slatkin, Robin Ticciati et Valeri Gergiev, avec lequel s’est noué un solide partenariat artistique depuis leur première rencontre en 2015. Régulièrement invité à se produire avec l’Orchestre du Théâtre Mariinski, il a également récemment assuré l’ouverture du Festival MPHIL 360° des Münchner Philharmoniker.

Parmi les temps forts de sa saison 2017-2018, on peut citer ses débuts très attendus à Tanglewood avec l’Orchestre symphonique de Boston dirigé par Andris Nelsons, ainsi qu’une tournée en Asie avec Valeri Gergiev et l’Orchestre symphonique de la Radio de Hesse conduit par son directeur artistique actuel Andrés Orozco-Estrada. Il se produira à nouveau avec l’Orchestre philharmonique royal de Stockholm et Semyon Bychkov, avec l’Orchestre du Capitole de Toulouse et Tugan Sokhiev, avec l’Orchestre philharmonique de Radio-France et Krzysztof Urbanski, ainsi qu’avec l’Orchestre de chambre du Festival de Verbier et Lahav Shani. On pourra le voir également en compagnie de l’Orchestre de la Komische Oper de Berlin, de l’Orchestre symphonique de Göteborg, de l’Orchestre de la Tonhalle de Zurich, ainsi qu’en récital au Théâtre des Champs-Élysées et aux Grands Solistes à Paris.

Daniel Lozakovich est régulièrement invité par de nombreux festivals internationaux, parmi lesquels le Projetto Martha Argerich de Lugano, les Sommets Musicaux de Gstaad, le Festival de Pâques, le Festival de Colmar, le Pacific Music Festival, le Festival de Pâques de Moscou, le Festival Gergiev de Rotterdam et le Festival des Nuits blanches de Saint-Pétersbourg. Passionné de musique de chambre, il partage volontiers la scène avec Emanuel Ax, Ivry Gitlis, Shlomo Mintz, Renaud Capuçon et Khatia Buniatishvili. Dans la foulée d’un passage sur Arte TV, il a enregistré une sélection de duos de Bartók avec Daniel Hope pour le compte de la Deutsche Grammophon. Il a signé en juin 2016 un contrat d’exclusivité avec le label jaune.

Parmi les nombreuses récompenses qu’il s’est vu remettre, on citera un 1er Prix au Concours international Vladimir Spivakov 2016 et un Prix d’excellence décerné sous la présidence d’honneur de la reine Sofia d’Espagne.

Daniel est étudiant au Collège du Léman à Genève et parrainé par Eduard Wulfson.

Camerata Salzburg download

« … l’élaboration créatrice et significative de valeurs culturelles pour le grand public ». C’est ainsi que le professeur Bernhard Paumgartner définit en 1952 la « mission » de la CAMERATA. Déjà la dénomination de « CAMERATA », en tant que premier orchestre de chambre de ce nom au monde, en mémoire à la Camerata Fiorentina, une association de musiciens, poètes et philosophes de la Renaissance, qui s’était vouée à l’idéal de la musique selon le modèle antique, jeta les bases de l’orientation profondément humaniste de l’oeuvre de la CAMERATA.

Depuis sa création, la CAMERATA fait partie dans sa ville natale de Salzbourg, en tant qu’orchestre de concert et d’opéra, des ensembles réguliers du Festival de Salzbourg, de la semaine Mozart et a son propre cycle d’abonnement dans la Grande Salle de la Fondation Mozarteum.

La CAMERATA se produit régulièrement dans les centres musicaux d’Europe, de la Konzerthaus de Vienne à la Tonhalle de Zurich, à l’Alte Oper de Francfort, au Teatro Communale Ferrara, au centre de la culture et des congrès de Lucerne et au Théâtre du Prince Régent à Munich en passant par l’Orchestre philharmonique de Cologne et l’Orchestre philharmonique de Paris, elle est présente chaque année comme invitée lors de divers festivals en tant que représentante du style salzbourgeois de Mozart et effectue chaque année au moins une grande tournée outre-mer.

Plus de 60 disques et enregistrements CD, dont plusieurs ont remporté des prix importants, documentent la culture musicale de la Camerata Salzbourg sur six décennies.

Des musiciens tels que Géza Anda, Sándor Végh, Sir Roger Norrington et Schiff András ont marqué la Camerata. Des musiciens remarquables comme Clara Haskil, Dietrich Fischer-Dieskau, Heinz Holliger, Alfred Brendel, Philippe Herreweghe, Franz Welser-Möst, Pinchas Zukerman, Anne-Sophie Mutter, Teodor Currentzis, Matthias Goerne, Hilary Hahn, Ádám Fischer, Fazil Say et Isabelle Faust se sont produits en concert avec la CAMERATA, dont le répertoire de base classique avec le génie local de Salzbourg Mozart et les classiques viennois s’étend jusqu’au romantisme et à la modernité.

Sándor Végh, considéré comme sa plus grande inspiration et son chef d’orchestre de longue date, a posé les bases de la renommée mondiale du son de la CAMERATA, qui s’est orienté sur l’idéal musical du quatuor à cordes, mais va bien au-delà de cela. La demande de Sándor Véghs : « Cherchez en vous, vous aurez quelque chose à dire ! » résonne jusqu’à aujourd’hui et invite la CAMERATA à toujours exposer « l’âme de la musique de chambre » comme l’élément central du son de la CAMERATA dans les œuvres qu’elles proposent en représentation, à les mettre à nu et à y apporter de la vie.

Après la mort de Végh, Sir Roger Norrington a marqué durablement l’orchestre en tant que chef principal. Aujourd’hui, Sir Roger est le chef lauréat de la Camerata. Ses successeurs en tant que chefs de l’orchestre furent le virtuose du violon grec et chef d’orchestre Leonidas Kavakos et de 2011-2016 le chef d’orchestre français Louis Langrée.

Depuis 2016, les musiciens de la CAMERATA ont pris eux-même en main la direction artistique. Chaque musicien se soumet à l’objectif le plus élevé et demeure cependant toujours fidèle en tant qu’individu. Chaque individu est responsable de l’interprétation, du volume, du rythme, des subtilités, du son.
Dirigée par son premier violon Gregory Ahss comme « primus inter pares », la CAMERATA a réussi lors de sa première saison au niveau national et international, en toute liberté musicale et avec autodétermination.

Un signe clair que l’exigence élevée de la CAMERATA pour sa propre activité trouve un accueil enthousiaste auprès du public et de la critique.

Gregory Ahss , direction

Gregory Ahss download

Haydn, Mozart, Satie

Dimanche 28 janvier 2018

Aurélien Pascal , violoncelle

Aurélien Pascal download

Aurélien Pascal est né en 1994 à Paris dans une famille de musiciens. Il débute le violoncelle à cinq ans et reçoit régulièrement les conseils de Janos Starker. En 2010, il rentre CNSM de Paris dans la classe de Philippe Muller. Parallèlement, il participe aux masterclasses de Frans Helmerson, Gary Hoffman, et Gautier Capuçon. Depuis octobre 2015, il se perfectionne à la Kronberg Academy. Dès son plus jeune âge, il est remarqué à l’international en remportant à dix-sept ans le 2e Prix au Concours international Paulo à Helsinki, puis à dix-neuf ans le Grand Prix ainsi que tous les prix spéciaux du Concours Feuermann à Berlin. Plus récemment, il remporte le 4e prix au Concours Reine Elisabeth à Bruxelles. Aurélien Pascal se produit dans de nombreuses salles de concerts en Europe et en Asie, avec des orchestres comme le Hong Kong Sinfonietta, l’Orchestre National des Pays de la Loire, l’Orchestre Philarmonique de Monte-Carlo, l’Orchestre Philharmonique d’Helsinki, de Sendai, l’Orchestre symphonique Tchaïkovski de la Radio de Moscou, l’Orchestre de chambre de Munich, le Deutsche Radio Philharmonie, l’Orchestre symphonique de Barcelone… Le public a eu l’occasion de l’entendre à l’occasion de festivals tels que les Rencontres Musicales d’Evian, les Flâneries de Reims, le Verbier Festival, La Folle Journée de Nantes et au Japon et encore le Festspiele Mecklenburg-Vorpommern où il remporte le Prix du meilleur récital suite au premier concert qu’il donne dans ce festival. Il est lauréat des Fondations Banque Populaire, Colas et de la Fondation Orpheum qui l’a notamment invité à jouer le Concerto n° 1 de Chostakovitch à la Tonhalle de Zürich avec Vladimir Fedoseyev.

Ben Kim , piano

Ben Kim download

Les performances du pianiste américain Ben Kim se sont forgé une réputation de maturité hors du commun, d’intégrité et de justesse. Son 1er Prix en 2006 au Concours ARD de Munich marque le début de cet irrésistible essor. On peut l’entendre depuis lors au Carnegie Hall, au Kennedy Center, au Suntory Hall et à la Philharmonie de Berlin, invité des festivals d’Aspen, de Ravinia et de la Ruhr, aux côtés de formations de premier ordre parmi lesquelles les orchestres symphoniques et philharmoniques de Baltimore, Séoul et Saint-Pétersbourg, ainsi que les orchestres des radios bavaroises, MDR et allemandes. Ben est récemment parti en tournée au Japon avec l’Orchestre philharmonique de Brno (14 dates) et a donné de nombreux concerts en Allemagne (Konzerthaus de Berlin, Liederhalle de Stuttgart, Gewandhaus de Leipzig, Gasteig de Munich…) Son enregistrement des Préludes et Impromptus de Chopin est sorti en 2012 sous le label Decca (Universal). Ben a vu le jour à Portland, dans l’Oregon, où il commence le piano à cinq ans avec Dorothy Fahlman. À vingt ans, il décroche son bachelor dans la classe de Leon Fleischer au Conservatoire Peabody où il poursuit sa formation avec Yong Hi Moon. Il prend part de 2005 à 2008 à l’Académie internationale de piano du Lac de Côme, dirigée par Martha Argerich et William Grant Naboré : un programme qui lui permet de se lier d’amitié avec de nombreux étudiants italiens… et qui éveille son intérêt pour la cuisine tricolore ! Ben réside actuellement à Berlin, où il travaille avec Klaus Hellwig.

Beethoven, Schumann, Poulenc, Attahir, Popper

Andreas Ottensamer , clarinette

Andreas Ottensamer download

Né à Vienne en 1989, Andreas Ottensamer grandit au sein d’une famille de musiciens austro-hongroise. Il reçoit son premier cours de piano à l’âge de quatre ans. À dix ans, il bifurque vers le violoncelle puis, en 2003, intègre la classe de clarinette de Johann Hindler à l’Académie de musique et des arts du spectacle de Vienne. En 2009, il interrompt ses études en « liberal arts » à l’Université de Harvard pour intégrer l’Académie de l’Orchestre philharmonique de Berlin.

Ottensamer est clarinettiste solo de l’Orchestre philharmonique de Berlin depuis 2011. Il se produit en soliste sur les plus grandes salles de la planète avec des orchestres tels que les Philharmoniques de Berlin et de Vienne, l’Orchestre du Konzerthaus de Berlin, l’Orchestre philharmonique de Rotterdam, la Kammerphilharmonie de Brème et la Kammerakademie de Potsdam, sous la direction de Sir Simon Rattle, Yannick Nézet-Séguin, Andris Nelsons, Pablo Heras-Casado et Alan Gilbert.

Comme chambriste, il se produit avec des partenaires comme Leonidas Kavakos, Janine Jansen, Murray Perahia, Leif Ove Andsnes, Sol Gabetta et Yo-Yo Ma. Il est, avec le pianiste José Gallardo, directeur artistique du Bürgenstock Festival en Suisse.

En février 2013, il est le premier clarinettiste solo de l’histoire à signer un contrat d’exclusivité avec la Deutsche de Grammophon. Pour son deuxième album « Brahms : The Hungarian Connection», il se voit décerner en 2015 un prix « Echo Klassik » et est élu « Instrumentiste de l’année ».

Un nouvel album baptisé « New Era » sort en février 2017 chez Decca Classics.

Il forme en 2005 avec son père Ernst et son frère Daniel, tous deux clarinettistes solo de l’Orchestre philharmonique de Vienne, l’ensemble « The Clarinotts ». Un CD du trio sort en 2016 chez la Deutsche Grammophon.

En 2017-2018, il se voit décerner les titres de « Junge Wilde » par le Konzerthaus de Dortmund, de « Menuhin’s Heritage Artist » par le Gstaad Menuhin Festival et d’« Artist in Residence » par la Kammerakademie de Potsdam et l’Orchestre symphonique de Bournemouth.

Parmi les temps forts de cette saison figure l’interprétation du 1er Concerto pour clarinette de Carl Maria von Weber sous la direction de Mariss Jansons lors du Concert européen de l’Orchestre philharmonique de Berlin.

Quatuor Cavatine download

Le Quatuor Cavatine a été créé en 2011 par quatre musiciens unissant leur jeune expérience musicale et leur passion pour le répertoire du quatuor à cordes. Ils se rencontrent au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et y suivent les cours de grands maîtres tels que Boris Garlitsky et Jean Sulem. C’est durant cette période qu’ils rencontrent Miguel da Silva. Le membre fondateur du quatuor Ysaÿe encourage vivement les jeunes musiciens à poursuivre leur parcours.

Le quatuor Cavatine part se perfectionner à la UDK Berlin auprès de Eckart Runge (Artemis Quartet) En 2012, ils intègrent le cursus de quatuor à cordes du CRR de Paris dans la classe de Miguel da Silva Ils sont sélectionnés pour participer à l’Académie Internationale en Suisse Seiji Ozawa (IMAS) et ont ainsi la chance de suivre des cours de grandes personnalités musicales telles que Sadao Harada (Tokyo Quartet) Nobuko Imai, Robert Mann (Juilliard Quartet) Pamela Frank et Seiji Ozawa.

Le quatuor Cavatine a le privilège de rencontrer Alfred Brendel et de bénéficier de son enseignement dans le cadre de l’Académie de Villecroze.

Le quatuor Cavatine remporte le 2e prix ainsi qu’une mention spéciale pour leur interprétation du quatuor « Ainsi la nuit » d’Henri Dutilleux au prestigieux concours international de Banff au Canada en août 2013.

En septembre 2012, le quatuor Cavatine remporte également le 3ème grand prix ainsi que le prix spécial pour la meilleure interprétation du quatuor de Haydn au Concours International de Musique de Chambre de Hambourg (ICMC).

Dès lors ils sont invités dans de nombreux festivals : Davos Festival young artist in concert (Suisse), le Festival de quatuor de Fayence, Musique à l’Empéri, le Festival Lyre d’Argent de Saint-Pétersbourg, les Athénéennes de Genève…

Ils s’y produisent notamment aux côtés d’ Edgar Moreau, Alexander Sitkovetsky, Emmanuel Pahud, Nathanaël Gouin, Patrick Messina etc.

Mozart, Brahms

Lundi 29 janvier 2018

Bruno Philippe , violoncelle

Bruno Philippe download

Formé par Raphaël Pidoux et Jérôme Pernoo au Conservatoire de Paris, Bruno Philippe participe aux masterclasses de David Geringas, Steven Isserlis, Gary Hoffman, Pieter Wispelwey et Clemens Hagen au Mozarteum de Salzburg. Il étudie actuellement à la Kronberg Academy avec Frans Helmerson. En 2011, il remporte le 3e Grand Prix et le Prix du meilleur récital au Concours international André Navarra. En 2014, il remporte le 3e prix et le Prix du Public au Concours de l’ARD de Munich ainsi qu’un Prix Spécial au Concours Feuermann à Berlin. En 2015, il reçoit un Prix Spécial au Concours Tchaïkovsky et est nommé Révélation Classique de l’Adami. En 2017, il est lauréat du Concours Reine Elisabeth à Bruxelles. Bruno Philippe est invité à se produire à la Kammersaal de la Philharmonie de Berlin, à la Cité de la Musique, au Théâtre des Bouffes du Nord à Paris, à la Halle aux Grains à Toulouse, au Konzerthaus de Berlin, à l’Alte Oper de Francfort et à jouer avec le Bayerische Rundfunk, le Münchener Kammerorchestrer, l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, le Schleswig-Holstein Festival Orchester ou l’Orchestre de la Radio de Francfort. Il se produit aussi dans de nombreux festivals : Folle Journée de Nantes, Rheingau Musik Festival, Aix-en-Provence, Mecklenburg-Vorpommern, Radio France à Montpellier, la Roque-d’Anthéron, Cello Biennale d’Amsterdam, Rencontres Musicales d’Evian… En 2017-2018, Bruno Philippe se produira en concerto notamment sous les baguettes de Gábor Takács-Nagy. et de Christoph Eschenbach. Son premier disque récital avec Tanguy de Williencourt est sorti en 2015 sur le label Evidence Classics. En 2017, son deuxième disque avec Tanguy de Williencourt sort chez Harmonia Mundi.

Tanguy de Williencourt download

Titulaire de quatre Masters au CNSM de Paris (2015) dans les classes de Roger Muraro, Claire Désert et Jean-Frédéric Neuburger, Tanguy de Williencourt est également distingué par les Fondations Blüthner et Banque Populaire. Soliste remarqué et pianiste recherché en musique de chambre, il est invité dans de grandes salles telles que la Philharmonie de Saint-Pétersbourg, de Berlin ou de Paris, ainsi que dans des festivals tels que Chopin à Nohant, La Folle Journée de Nantes ou La Roque-d’Anthéron, Il sort son premier disque en 2015 (Evidence Classics) avec le violoncelliste Bruno Philippe, consacré à Brahms et à Schumann. Il reçoit en 2016 le double Prix du Jury et du Public de la Société des Arts de Genève, est nommé « Révélation classique » de l’Adami, puis lauréat de la Génération Spedimam 2017-19.

Schumann, Attahir, Beethoven

Christiane Karg , soprano

Christiane Karg download

Née à Feuchtwangen, en Bavière, Christiane Karg étudie au Mozarteum de Salzbourg avec Heiner Hopfner et Wolfgang Holzmair (où elle se voit décerner la Médaille Lilli Lehmann), et au Conservatoire de Vérone. En 2009, elle est élue «Young Performer of the Year» par le magazine Opernwelt. Elle est récompensée à deux reprises par le prestigieux prix Echo Klassik: en 2010 pour le récital de ses débuts «Verwandlung – Lieder eines Jahres», accompagnée par Burkhard Kehring, et en 2016 pour un disque d’airs de concerts baptisé «Scene!» avec Jonathan Cohen et Arcangelo. Elle est membre du studio international de l’Opéra de Hambourg, puis intègre en 2008 l’ensemble de l’Opéra de Francfort, où elle incarne Susanne, Musette, Pamina, Servilia, Zdenka et le rôle-titre de La Calisto. Elle retrouvera Francfort en 2013 pour chanter Mélisande dans la célèbre production de Claus Guth et en 2015 pour y chanter Sophie dans le Rosenkavalier.

Elle fait des débuts prometteurs en 2006 au Festival de Salzbourg, où elle est réinvitée pour camper Amor d’Orphée et Eurydice avec Riccardo Muti et Zerline de Don Giovanni avec Yannick Nézet-Séguin. Elle est l’hôte régulière du Theater an der Wien, où elle chante Ismene (Mitridate), Telaire (Castor et Pollux) et Héro (Béatrice et Bénédicte). À la Bayerische Staatsoper de Munich, elle est Ighino (Palestrina), Pamina et Blanche (Les Dialogues des Carmélites). À la Komische Oper de Berlin, elle est Musette (La Bohème) et Norina (Don Pasquale) et à l’Opéra de Lille, Anne Trulove (The Rake’s Progress). Elle chante également Sophie à la Semperoper de Dresde avec Christian Thielemann. La saison passée, elle a fait ses débuts au Royal Opera House Covent Garden en Pamina, à la Scala de Milan en Sophie, ainsi que ses débuts lyriques aux Etats-Unis en campant Susanne au Lyric Opera of Chicago; elle y retournera cette saison pour chanter Pamina de La Flûte enchantée.

En concert, Christiane Karg se produit avec Nikolaus Harnoncourt et le Concentus Musicus de Vienne; Daniel Harding et les Orchestres symphoniques de Londres et de Vienne ainsi que la Staatskapelle de Dresde en tournée aux Etats-Unis; Mariss Jansons et l’Orchestre de la Bayerischer Rundfunk à Tokyo; Christian Thielemann et l’Orchestre philharmonique de Berlin au Festival de Pâques de Salzbourg; Yannick Nézet-Séguin et l’Orchestre philharmonique de Rotterdam, l’Orchestre de Philadelphie et l’Orchestre philharmonique de Berlin lors du Festival Mostly Mozart de New York; Jonathan Nott et l’Orchestre symphonique de Bamberg; Manfred Honeck et la Philharmonie tchèque; Andrés Orozco-Estrada et l’Orchestre de l’Académie Sainte-Cécile de Rome; Ivor Bolton lors des Semaines Mozart de Salzbourg et Laurence Equilbey au Festival de Salzbourg. Parmi ses engagements pour la saison 2016/17 figurent des concerts avec l’Orchestre symphonique de Chicago (Requiem de Brahms), l’Orchestre de Paris (Le Paradis et la Péri de Schumann), l’Orchestre de la Radio suédoise (Scènes de Faust de Schumann) et la Philharmonie tchèque (Vier letzte Lieder de Strauss). Christiane sera également en tournée en Asie avec l’Orchestre symphonique de Londres (Mahler 4) et aux Etats-Unis avec l’English Concert (Ginevra d’Ariodante). Elle sera aussi «Artist in Residence» au Festival de Würzburg 2017. Christiane Karg est également une récitaliste très demandée. On a pu l’entendre sur des scènes telles que le Musikverein de Vienne et le Wigmore Hall, ainsi qu’à la Schubertiade de Schwarzenberg et au Festival d’Edinburgh (où elle s’est vue décerner le Herald Angel Award). Elle s’est également produite au Mozarteum de Salzbourg, au Konzerhaus de Vienne, à Essen, Cologne, Schwetzingen, Hambourg, Innsbruck, Amsterdam, Francfort et Stuttgart. Durant la saison 2015/16, elle a donné des récitals à la Schubertiade de Schwarzenberg, au Wigmore Hall, et a fait ses débuts japonais et américains aux côtés de Malcolm Martineau, avec à la clé des apparitions télévisées sur la NHK au Oji Hall de Tokyo et au Carnegie’s Weill Hall de New York.

Joseph Middleton download

Le pianiste Joseph Middleton s’est fait une spécialité de l’accompagnement de chanteurs et de musique de chambre. Il a été récemment récompensé pour cet engagement en devenant en 2017 le premier accompagnateur à recevoir un Young Artist Award de la Royal Philharmonic Society.

Considéré par le BBC Music Magazine comme «l’une des étoiles les plus brillantes dans le ciel de la mélodie», il a également été qualifié de «crème de la nouvelle génération» par le Times et d’«accompagnateur parfait» par Opera Now. Il se produit avec les meilleurs chanteurs sur les plus grandes scènes de récital. Joseph est directeur de «Leeds Lieder», professeur à la Royal Academy of Music (où il a lui-même étudié) et Musician in Residence au Pembroke College de Cambridge, où il imagine des cycles de mélodies très innovants et dirige le projet universitaire dédié à ce répertoire. Hôte régulier des plus grands centres musicaux de la planète en compagnie de chanteurs de renommée internationale, il domine une discographie en pleine expansion et auréolée de nombreuses distinctions.

Parmi les temps forts de sa saison, on citera ses débuts aux BBC Proms avec Iestyn Davies et Carolyn Sampson, trois tournées américaines avec Kate Royal, Sarah Connolly et Carolyn Sampson – qui le conduiront à New York (Park Avenue Armory et Alice Tully Hall), au Herbst Theatre de San Francisco et au Spivey Hall d’Atlanta –, ainsi que des récitals avec Christopher Maltman à Strasbourg et deSingel à Anvers, Katarina Karnéus à Göteborg, Simon Keenlyside et Ian Bostridge à Leeds, et avec l’ensemble The Myrthen pour leurs débuts au Concertgebouw d’Amsterdam et au musée d’Orsay à Paris. Il est également engagé par BBC Radio 3 pour une série de quatre émissions dédiées à Mahler.

Debussy, Satie, Wagner

Mardi 30 janvier 2018

Anastasia Kobekina , violoncelle

Anastasia Kobekina download

Née en 1994 à Ekaterinbourg et d’abord formée à Moscou, Anastasia Kobekina étudie depuis 2012 auprès de Frans Helmer-son dans le cadre de la très renommée Kronberg Academy (Allemagne). Lauréate de plusieurs concours internationaux, final-iste au Concours de l’Eurovision à Vienne en 2008, demi-finaliste au Concours Tchaïkovsky en 2015 et 1er Prix de la Tonali Music Competition de Hambourg la même année, la toute jeune violoncelliste de vingt-deux ans est déjà très demandée par de grands orchestres et musiciens tels que Gidon Kremer, Yuri Bashmet, ou Vladimir Spivakov qui reconnaissent en elle l’un des plus sûrs espoirs de la nouvelle génération. Elle se produit notamment au Beethovenfest à Bonn, au Berlin Konzerthaus, Schleswig-Holstein Festival, Schloss Elmau Festival, Palais des Beaux-Arts à Bruxelles, Théâtre Bolchoï et Théâtre Mariinski en Russie, au Avery Fisher Hall au Lincoln Centre à New York, en Asie, en France au Annecy Classic Festival, Festival de No-hant, Festival d’Auvers-sur-Oise, Festival de Colmar. Anastasia joue également en soliste avec des orchestres tels que « Moscow Virtuosi Orchestra », l’Orchestre Symphonique de Vienne, l’Orchestre de chambre Kremerata Baltica, le Svetlanov Symphonic Orchestra de Russie, le « Sinfonia Varsovia Orchestra » sous la baguette de Krzysztof Penderecki, l’Orchestre Symphonique du Théâtre Mariinsky sous la direction de Valeri Gergiev, l’Orchestre du Capitole de Toulouse sous la direction de Spivakov. Anastasia joue un violoncelle de Giovanni Guadagnini de 1745.

Paloma Kouider , piano

Paloma Kouider download

Élue « Révélation classique » par l’Adami, lauréate de la Fondation Groupe Banque Populaire, la pianiste française Paloma Kouider s’est formée auprès de Serguei Markarov à Paris et d’Elisso Wirssaladze à Florence, avant de bénéficier des conseils d’Avedis Kouyoumdjian à l’Académie de musique et des arts du spectacle à Vienne. Se produisant rapidement dans des festivals renommés, elle n’en oublie pas pour autant son autre passion, la littérature, qu’elle étudie au Lycée Louis-le-Grand. Une passion qu’elle partage avec ses collègues du Trio Karénine, lauréat du Concours ARD de Munich et composé aujourd’hui de la violoniste Fanny Robilliard et du violoncelliste Louis Rodde. Des personnalités musicales d’exception inspirent durablement son art : les membres du Quatuor Ysaÿe, Hatto Beyerle, Menahem Pressler, Ferenc Rados, ou encore Jean-Claude Pennetier. Parmi les temps forts de son actualité, on citera des concerts à l’Auditorium du Louvre à Paris, au Wigmore Hall de Londres, à la Philharmonie de Saint-Pétersbourg et à la Laeiszhalle de Hambourg. Elle se produit régulièrement dans des festivals réputés tels que les Festspiele Mecklenburg-Vorpommern ou la Folle Journée. Dédié à Beethoven et à Liszt, son premier album solo s’est vu gratifié de 5 Diapasons et de 4 étoiles du magazine Classica, ainsi que de nombreuses critiques enthousiastes.

Stravinsky, Schumann, Attahir, Franck

Renaud Capuçon , violon

Renaud Capuçon download

Né à Chambéry en 1976, Renaud Capuçon étudie au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris avec Gérard Poulet et Veda Reynolds, puis avec Thomas Brandis à Berlin et Isaac Stern. En 1998, Claudio Abbado le choisit comme Konzertmeister du Gustav Mahler Jugendorchester ce qui lui permet de parfaire son éducation musicale avec Pierre Boulez, Seiji Ozawa, Daniel Barenboim et Franz Welser-Moest. En 2000, il est nommé « Rising Star » et « Nouveau talent de l’Année » aux Victoires de la Musique puis « Soliste instrumental de l’année » en 2005. En 2006, Prix Georges Enesco décerné par la Sacem.

Renaud Capuçon collabore avec les plus grands chefs et les orchestres les plus prestigieux comme le Philharmonique de Berlin avec Bernard Haitink, David Robertson, Matthias Pintscher, Los Angeles Philharmonic avec Gustavo Dudamel, Andris Nelsons, Daniel Harding, Lionel Bringuier, Orchestre de Paris avec Wolfgang Sawallish Christoph Eschenbach et Paavo Jarvi, Orchestre National de France avec Daniele Gatti, Orchestre Philharmonique de Radio France avec Myung-Whun Chung, Chamber Orchestra of Europe avec Semyon Bychkov, Yannick Nézet-Séguin, Leipzig Gewandhaus Orchester avec Kurt Masur, Staatskapelle de Dresde avec Daniel Harding, WDR Cologne avec Jukka Pekka Saraste, Orchestre Symphonique Académique de Moscou avec Vladimir Yurowsky, New York Philharmonic et Philadelphia Orchestra avec Charles Dutoit, Chicago Symphony Orchestra avec Bernard Haitink, Boston Symphony avec Christoph von Dohnanyi et Andris Nelsons, Philharmonia Orchestra avec Juraj Valculha, Swedish Radio Orchestra et Daniel Harding, Oslo Philharmonic et J.P. Saraste, Tonhalle Zurich Orchestra et Lionel Bringuier, Orchestre de la Suisse Romande, Bamberg Symphony et Jonathan Nott, Berlin Staatskapelle et Antonio Papano, Santa Cecilia Orchestra Rome et Semyon Bychkov, RAI Turin et Juraj Valculha, Seoul Philharmonic et Myung-Whun Chung, NHK Symphony et Stéphane Denève. Il a donné la Création mondiale du Concerto pour violon de Pascal Dusapin avec le WDR Cologne, ainsi qu’un cycle de musique de chambre Brahms/Fauré de 5 concerts au Musikverein à Vienne.

Récemment, Renaud Capuçon s’est produit en résidence avec le Wiener Symphoniker et Philippe Jordan, en tournée avec le Symphonique de Lucerne/James Gaffigan, Rotterdam Philharmonic /Yannick Nézet-Séguin, Scottish Chamber, Wiener Symphoniker et DSO Berlin avec Robin Ticciati, Israël Philharmonic, Orchestre Mariinsky de Saint-Petersburg/Valeri Gergiev.

Parmi ses engagements de la saison 2016/17 on peut citer Singapour Symphony avec Gustavo Dudamel, Orchestre de Paris avec Daniel Harding, Boston Symphony avec Alain Altinoglu, Philadelphia Orchestra avec Tugan Sokhiev, Royal Philharmonic Orchestra avec Charles Dutoit, tournée en Chine et Hong-Kong avec le Hong-Kong Philharmonic et Jaap van Zweden, Orchestre National de France avec Valeri Gergiev, ainsi qu’une tournée de récitals avec Khatia Buniatishvili et avec Nicholas Angelich.

Points forts de la saison 2017/18 : tournée européenne avec la Camerata Salzburg avec l’intégrale des 5 concertos pour violon de Mozart, Berlin Staatsoper et London Symphony Orchestra avec François-Xavier Roth, Vienna Philharmonic avec Robin Ticciati, Vienna Symphony et Stockholm Philharmonic avec Alain Altinoglu, Chamber Orchestra of Europe avec Jaap van Zweden, Los Angeles Philharmonic avec Matthias Pintscher, Detroit Symphony avec Leonard Slatkin, Seoul Philharmonic avec Thierry Fischer, Orchestre National de France et Scottish Chamber Orchestra avec Emmanuel Krivine, Orchestre Philharmonique de Radio France et Royal Flemish Philharmonic avec Lahav Shani.

Passionné de musique de chambre, il collabore avec Martha Argerich, Nicholas Angelich, Kit Armstrong, Khatia Buniatishvili, Frank Braley, Guillaume Bellom, Yefim Bronfman, Hélène Grimaud, Khatia et Marielle Labèque, Maria João Pires, Jean-Yves Thibaudet, Gérard Caussé, Yuri Bashmet, Myung-Whun Chung, Yo Yo Ma, Mischa Maisky, Truls Mork, Michael Pletnev, et son frère Gautier dans les plus grands festivals : Aix-en-Provence, Saint-Denis, La Roque- d’Anthéron, Menton, Colmar, Hollywood Bowl, Tanglewood, Gstaad, Lucerne, Lugano, Verbier, Salzburg, Rheingau, Bucarest Festival Enescu, Amsterdam, Granada…

Discographie chez Erato : avec Martha Argerich Trios Haydn / Mendelssohn et Triple de Beethoven, Berlioz / Saint-Saëns/Milhaud / Ravel avec la Deutsche Kammerphilharmonie / Daniel Harding, L’Arbre des Songes / Dutilleux avec le Philharmonique de Radio France / M.-W. Chung Mendelssohn / Schumann avec le Mahler Chamber Orchestra / Daniel Harding, Mozart avec le Scottish Chamber Orchestra, Louis Langrée et Antoine Tamestit, la musique de chambre de Schubert, Ravel, Saint-Saëns, ainsi que Brahms sonates, trios et quatuor de Brahms avec Nicholas Angelich, son frère Gautier et Gérard Caussé, les concertos de Beethoven / Korngold avec le Rotterdam Philharmonic et Yannick Nézet-Séguin, l’Intégrale des Sonates de Beethoven avec Frank Braley et l’Intégrale Fauré avec N. Angelich, G. Capuçon, M. Dalberto, G. Caussé et le Quatuor Ébène. Après les concertos de Brahms et Berg avec le Philharmonique de Vienne et Daniel Harding, Saint-Saëns avec le Philharmonique de Radio France et Lionel Bringuier, ainsi que l’Histoire de Babar – Poulenc / Debussy / Ridout avec Laurence Ferrari et Jérôme Ducros, son premier Best of « Violon Roi », un coffret de 3 CD retraçant son parcours et un récital avec Khatia Buniatishvili (Frank – Grieg – Dvorak). Dernières parutions : un disque réunissant la Symphonie espagnole de Lalo, le premier concerto de Bruch et les airs bohémiens de Sarasate et un disque avec des concertos contemporains Rihm/Dusapin/Montovani nominée pour le meilleur enregistrement aux Victoires de le Musique et Echo Prize 2017 et un disque de sonates et trios de Debussy sorti en octobre 2017.

Renaud Capuçon joue le Guarneri del Gesù « Panette » (1737) qui a appartenu à Isaac Stern. Il est promu « Chevalier dans l’Ordre National du Mérite » en juin 2011 et « Chevalier de la Légion d’honneur » en mars 2016. Il est le fondateur et directeur artistique du Festival de Pâques d’Aix-en-Provence et du Festival Les Sommets Musicaux de Gstaad, ainsi que professeur de violon à la Haute Ecole de Musique de Lausanne.

Guillaume Bellom download

Considéré comme l’une des étoiles montantes du piano français, Guillaume Bellom a également l’un des parcours les plus atypiques de sa génération, menant des études de violon parallèlement au piano, depuis le conservatoire de Besançon jusqu’au CNSM de Paris. C’est au contact de personnalités musicales marquantes, telles que Nicholas Angelich et Hortense Cartier-Bresson, qu’il développe pleinement son activité de pianiste.

Finaliste et Prix “Modern Times” de la meilleure interprétation de la pièce contemporaine lors du Concours Clara Haskil en 2015, il se révèle lors de cet événement dédié à la pianiste roumaine, elle-même violoniste à ses heures. La même année, il remporte le 1er Prix du Concours international d’Épinal et devient lauréat de la Fondation L’Or du Rhin, avant de remporter le Prix Thierry Scherz des Sommets Musicaux de Gstaad l’année suivante. Le grand public le découvre lors des Victoires de la Musique 2017, où il est nommé dans la catégorie “révélation soliste instrumental”. Il est également artiste en résidence à la Fondation Singer-Polignac depuis 2012.

Il s’est produit en soliste avec l’Orchestre de Chambre de Lausanne, la Camerata du Léman, l’Orchestre National de Lorraine, sous la direction de Jacques Mercier et Christian Zacharias. Par ailleurs, son grand intérêt pour la musique de chambre et sa maîtrise d’un vaste répertoire font de lui un partenaire musical convoité. Il joue régulièrement dans le cadre du Festival de Pâques d’Aix-en-Provence, du Festival international de piano de la Roque d’Anthéron, de Piano aux Jacobins, des Festivals de Pâques et de l’Août Musical de Deauville, du Festival des Arcs, des Vacances de Monsieur Haydn, du Palazzetto Bru Zane à Venise, ou encore du Centre de Musique de Chambre de Paris à la salle Cortot, avec des artistes tels que Renaud Capuçon, Amaury Coeytaux, Nicolas Dautricourt, Philippe Cassard, Paul Meyer, Yan Levionnois, Victor Julien-Laferrière ou encore Antoine Tamestit.

Sa discographie comporte notamment deux albums dédiés aux œuvres pour quatre mains de Schubert (récompensé par un “ffff” Télérama) et Mozart, enregistrés avec Ismaël Margain pour le label Aparté, un disque en sonate avec le violoncelliste Yan Levionnois, paru en 2017 pour Fondamenta, et un disque en solo paru chez Claves la même année, consacré à Schubert, Haydn et Debussy.

Beethoven, Attahir, Strauss

Mercredi 31 janvier 2018

Adrien Bellom , violoncelle

Adrien Bellom download

Après avoir étudié le violoncelle auprès de György Adam, puis Xavier Gagnepain, Adrien Bellom obtient son diplôme de Master au Conservatoire National Supérieur de Paris en juin 2015 dans la classe de Jérôme Pernoo. Il se perfectionne actuellement auprès du violoncelliste Clemens Hagen au sein du Mozarteum de Salzburg.

Il a également suivi les enseignements de nombreuses personnalités, telles que Gary Hoffman, Hortense Cartier-Bresson, Claire Désert, ou Miguel Da Silva.

Véritablement passionné par la musique de chambre, il est membre fondateur du quatuor avec piano Abegg et du quatuor à cordes Lachrymae, et est désormais le violoncelliste du Trio Medici, (2e prix des concours internationaux Joseph Haydn et Melbourne), avec lequel il est artiste résident à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth. Il s’est ainsi produit aux côtés de nombreuses personnalités musicales au festival de Bel-Air, au festival de la Roche-Posay, au festival Vox Musica, au festival des Alizées, au festival des Arcs, aux Journées Ravel, au festival Debussy, à la salle Gaveau, à Flagey, à la Philarmonie de Paris… Il forme également un duo violoncelle-piano avec son frère Guillaume Bellom.

Après avoir été admis à l’Académie de l’Orchestre Philarmonique de Radio-France durant la saison 2012-2013, il intègre l’Académie de l’Orchestre de Paris pour la saison 2014-2015, et est désormais membre de l’ensemble Appassionato, dirigé par Mathieu Herzog.

Il fait partie depuis 2015 de la troupe du Centre de Musique de Chambre en résidence à la salle Cortot, sous la direction artistique de Jérôme Pernoo.

Adrien accorde depuis son plus jeune âge une grande place à la pratique du piano ; il obtient en 2014 un Premier Prix au Conservatoire de Boulogne-Billancourt dans la classe de Nicolas Mallarte.

Il est lauréat de la Fondation Banque Populaire depuis juin 2016

Guillaume Bellom download

Considéré comme l’une des étoiles montantes du piano français, Guillaume Bellom a également l’un des parcours les plus atypiques de sa génération, menant des études de violon parallèlement au piano, depuis le conservatoire de Besançon jusqu’au CNSM de Paris. C’est au contact de personnalités musicales marquantes, telles que Nicholas Angelich et Hortense Cartier-Bresson, qu’il développe pleinement son activité de pianiste.

Finaliste et Prix “Modern Times” de la meilleure interprétation de la pièce contemporaine lors du Concours Clara Haskil en 2015, il se révèle lors de cet événement dédié à la pianiste roumaine, elle-même violoniste à ses heures. La même année, il remporte le 1er Prix du Concours international d’Épinal et devient lauréat de la Fondation L’Or du Rhin, avant de remporter le Prix Thierry Scherz des Sommets Musicaux de Gstaad l’année suivante. Le grand public le découvre lors des Victoires de la Musique 2017, où il est nommé dans la catégorie “révélation soliste instrumental”. Il est également artiste en résidence à la Fondation Singer-Polignac depuis 2012.

Il s’est produit en soliste avec l’Orchestre de Chambre de Lausanne, la Camerata du Léman, l’Orchestre National de Lorraine, sous la direction de Jacques Mercier et Christian Zacharias. Par ailleurs, son grand intérêt pour la musique de chambre et sa maîtrise d’un vaste répertoire font de lui un partenaire musical convoité. Il joue régulièrement dans le cadre du Festival de Pâques d’Aix-en-Provence, du Festival international de piano de la Roque d’Anthéron, de Piano aux Jacobins, des Festivals de Pâques et de l’Août Musical de Deauville, du Festival des Arcs, des Vacances de Monsieur Haydn, du Palazzetto Bru Zane à Venise, ou encore du Centre de Musique de Chambre de Paris à la salle Cortot, avec des artistes tels que Renaud Capuçon, Amaury Coeytaux, Nicolas Dautricourt, Philippe Cassard, Paul Meyer, Yan Levionnois, Victor Julien-Laferrière ou encore Antoine Tamestit.

Sa discographie comporte notamment deux albums dédiés aux œuvres pour quatre mains de Schubert (récompensé par un “ffff” Télérama) et Mozart, enregistrés avec Ismaël Margain pour le label Aparté, un disque en sonate avec le violoncelliste Yan Levionnois, paru en 2017 pour Fondamenta, et un disque en solo paru chez Claves la même année, consacré à Schubert, Haydn et Debussy.

Beethoven, Attahir, Poulenc

Edgar Moreau , violoncelle

Edgar Moreau download

Né en 1994 à Paris, Edgar Moreau commence le violoncelle à quatre ans ainsi que le piano, il est admis au Conservatoire National Supérieur de Musique et de danse de Paris dans la classe de Philippe Muller en 2009. Il intègre ensuite la Kronberg Academy où il étudie avec Frans Helmerson. Se produisant déjà en soliste à l’âge de onze ans avec l’Orchestre du Teatro Regio de Turin en 2006, il a depuis joué avec l’Orchestre Philharmonique de Moscou, l’Orchestre du Théâtre Mariinsky, l’Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg, l’Orchestre de la Suisse Romande, l’Orchestre du Capitole de Toulouse, le Hong Kong Sinfonietta, l’Orchestre de chambre Franz Liszt, l’Orchestre de Paris.

Edgar s’est produit au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, à la Philharmonie de Berlin, aux festivals Varsovie, Montpellier, Colmar, Menton, Saint-Denis, Evian, Verbier, Lucerne, Gstaad, au Festival de Pâques d’Aix-en-Provence, à l’Auditorium du Louvre, aux Folles Journées de Nantes, du Japon, au Musikverein de Vienne.

Son grand intérêt pour la musique de chambre lui a offert l’occasion de jouer avec Martha Argerich, Khatia Buniatishvili, Renaud Capuçon, Nicholas Angelich, Gérard Caussé, Yo-Yo Ma, David Kadouch, les Quatuors Ébène, Modigliani et d’être membre du Quatuor Renaud Capuçon.

Edgar Moreau remporte à dix-sept ans le 2e Prix du XIVe Concours Tchaïkovski à Moscou en 2011 sous la présidence de Valeri Gergiev. Il est également lauréat du dernier Concours Rostropovitch en 2009, « Révélation Instrumentale 2013 » et « Soliste Instrumental 2015 » des Victoires de la Musique Classique. Edgar a sorti en 2014 son premier album chez Erato, Play, récital avec le pianiste Pierre-Yves Hodique, puis Giovincello, concertos baroques avec l’ensemble Il Pomo d’Oro et Riccardo Minasi, récompensé du prix ECHO Classik 2016. À paraître : un récital en duo avec David Kadouch consacré à Franck, Poulenc et Strohl.

Il joue un violoncelle de David Tecchler de 1711.

David Kadouch , piano

David Kadouch download

Né en 1985, David Kadouch débute le piano au C.N.R. de Nice avec Odile Poisson. À quatorze ans il est reçu à l’unanimité dans la classe de Jacques Rouvier au CNSM de Paris. Après un Premier prix obtenu avec la mention Très Bien, il rejoint la classe de Dmitri Bashkirov à l’École Reina-Sofia de Madrid, où il poursuit sa formation. Il se perfectionne également auprès de Maurizio Pollini, Maria-Joao Pires, Daniel Barenboim, Vitaly Margulis et Itzhak Perlman. À treize ans, remarqué par ltzhak Perlman, il joue sous sa direction au Metropolitan Hall de New York. À quatorze ans il se produit au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, puis en 2008 au Carnegie Hall de New York, avec Itzhak Perlman dans le quintette de Schumann. Depuis 2007, il est lauréat de l’Adami, de la Fondation Natexis Banques Populaires et également « Révélation Jeune Talent » des Victoires de la Musique 2010 puis « Young Artist of the Year » aux Classical Music Awards 2011.

David Kadouch est invité par des grands festivals et séries comme le Festival de musique contemporaine de Lucerne sous la direction de Pierre Boulez, le Klavier-Festival Ruhr, Gstaad, Montreux, Verbier, Jérusalem, Festival de Pâques d’Aix-en-Provence, la Roque-d’Anthéron, Montpellier, Nohant, Saint-Denis, Piano aux Jacobins à Toulouse et en Chine. Il se produit en musique de chambre avec Renaud et Gautier Capuçon, Edgar Moreau, Antoine Tamestit, Sol Gabetta, Michel Dalberto, ainsi que les Quatuors Ébène et Modigliani.

Parmi ses engagements récents : l’Orchestre de Marseille et Lawrence Foster, l’Orchestre de Cannes et Quentin Hindley, la Musikalische Akademie des NTO Mannheim et Maxime Pascal, Brussel Philharmonic et Nicolas Collon, mais également en récital en France à Paris, Aix-en-Provence, Montpellier, Nice, Toulon, et à l’étranger en Espagne, Italie, Pays-Bas et au Japon, il participe au projet Bach à Pleyel aux côtés de Martha Argerich, puis aux Folles Journées de Nantes, Nîmes, Ekaterinburg, à Taïwan et au Japon.

David Kadouch a enregistré le 5e Concerto de Beethoven lors d’un concert à la Philharmonie de Cologne (Naxos), l’intégrale des Préludes de Chostakovitch (TransartLive), un disque Schumann avec le Concert sans orchestre et le Quintette opus 44 avec le Quatuor Ardeo (Decca/Universal), un disque de musique russe consacré aux Tableaux d’une exposition de Mussorgski, Medtner Sonate et Taneïev Prélude et fugue et un récital consacré à Bach, Janacek, Schumann et Bartok (Mirare). À paraître : un récital en duo avec Edgar Moreau autour de Franck, Poulenc et Strohl (Erato).

Franck, Poulenc, Strohl

Jeudi 1er février 2018

Victor Julien-Laferrière download

Victor Julien-Laferrière remporte en juin 2017 le 1er Prix du Concours international Reine Elisabeth, en jouant le 1er Concerto de Chostakovitch en finale. Il remporte également le 1er Prix ainsi que les deux Prix spéciaux au Concours international du Printemps de Prague 2012, en jouant le Concerto de Dvorak en finale. Né à Paris en 1990, Victor Julien-Laferrière débute le violoncelle avec René Benedetti, puis étudie au Conservatoire de Paris (2004-2008) avec Roland Pidoux, avant de devenir en 2009 l’élève d’Heinrich Schiff à l’Université de Vienne. Parallèlement, il prend part de 2005 à 2011 à l’International Music Academy Switzerland de Seiji Ozawa. Il a l’occasion de se produire en soliste avec l’Orchestre National de Belgique, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, le Brussels Philharmonic, l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, le State Hermitage Orchestra, etc. Il est par ailleurs l’invité : Concertgebouw d’Amsterdam, Théâtre des Champs-Élysées, Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, Philharmonie d’Essen, Auditorium du Louvre, Flagey, KKL de Lucerne, des festivals des Sommets Musicaux de Gstaad, Kuhmo, Mecklenburg-Vorpommern, Ticino Musica à Lugano, de la Roque-d’Anthéron etc. Il joue au côté de Renaud Capuçon, Augustin Dumay, Lise Berthaud, Adam Laloum, Jonas Vitaud, Raphaël Sévère etc. Son enregistrement consacré aux deux sonates pour clarinette et piano et au Trio avec clarinette de Brahms (Mirare) avec le clarinettiste Raphaël Sévère et le pianiste Adam Laloum a reçu un Diapason d’or de l’Année 2015 et ffff de Télérama. Son tout dernier disque, en sonates avec Adam Laloum paru fin 2016 (Mirare) a été récompensé du Diapason d’or, du CHOC de Classica et de ffff de Télérama.

Adam Laloum , piano

Adam Laloum download

Vainqueur du 1er Prix au concours Clara Haskil, Adam Laloum a par la suite rejoint la classe d’Evgeni Koroliov à Hambourg. Il se produit dès lors aux festivals : Lucerne, Sommets Musicaux de Gstaad, La Roque-d’Anthéron, Verbier, Bad Kissingen, Festival de Pâques d’Aix-en-Provence, Klavier-Festival Ruhr, Rheingau Musik Festival, ainsi qu’au Wigmore Hall, Herkulessaal Munich, Théâtre des Champs-Élysées, Philharmonie de Berlin, Tonhalle de Zürich, Conservatorio Giuseppe Verdi de Milan, Konzerthaus de Berlin… Il est par ailleurs le soliste des plus belles phalanges : orchestres du Mariinsky et Valeri Gergiev, Paris et Cornelius Meister, Chambre de Lausanne et Joshua Weilerstein, Philharmonique de Radio France et Sir Roger Norrington, Orchestre de la Suisse Romande et Jonathan Nott, Symphonique de Lucerne et James Gaffigan, Capitole de Toulouse et Kazuki Yamada ou encore le Deutsches Sinfonieorchester et Nicholas Collon à la Philharmonie de Berlin. Gratifié des plus belles récompenses pour ses enregistrements en soliste et en musique de chambre, il a déjà reçu trois Diapasons d’or de l’Année. Son prochain enregistrement paraît chez SONY MUSIC, et sera consacré aux deux Concertos de Brahms avec le Rundfunk Sinfonieorchester de Berlin sous la direction de Kazuki Yamada.

Beethoven, Martinu, Attahir, Rachmaninov

Radu Lupu , piano

Radu Lupu download

Né en Roumanie, il commence l’étude du piano dès l’âge de six ans avec Lia Busuioceanu. À douze ans, il donne son premier concert avec un programme qui ne contenait que des pièces de sa propre composition. Il continue ses études pendant plusieurs années à Bucarest auprès de Florica Muzicescu et de Cella Delavrancea. En 1961, il reçoit une bourse pour le Conservatoire de Moscou, où il est élève de Galina Eghyaz arova, de Heinrich Neuhaus puis de Stanislav Neuhaus. Il remporta trois des plus importants concours de piano : le « Van Cliburn » en 1966, l’« Enesco » en 1967 et, en 1969, celui de Leeds.

Radu Lupu a joué avec les plus grands orchestres du monde tels que la Philharmonie de Berlin, avec laquelle il a fait ses débuts au Festival de Salzbourg en 1978 avec Karajan, la Philharmonie de Vienne, avec laquelle il a donné le concert d’ouverture du Festival de
Salzbourg en 1986 avec Muti, le Royal Concertgebouw Orkest, tous les grands orchestres Londoniens, ainsi que ceux des États-Unis. Radu Lupu a fait son entrée sur la scène américaine en 1972 avec le Cleveland Orchestra et Daniel Barenboim puis avec le Chicago Symphony Orchestra et Carlo Maria Giulini. Radu Lupu est également l’hôte régulier des festivals les plus renommés, tels que ceux de Lucerne et de Salzbourg.

Parmi les enregistrements que l’artiste a réalisés pour Decca, on compte les concertos de Beethoven, le premier concerto de Brahms, les concertos de Grieg et de Schumann, l’intégrale des sonates pour violon et piano de Mozart avec Szymon Goldberg, les sonates pour violon et piano de Debussy et Franck avec Kyung Wha Chung, ainsi que des œuvres pour piano seul de Beethoven, Brahms, Schumann et Schubert. En 1995, l’enregistrement des sonates pour piano de Schubert en la majeur, D 664 et en si bémol majeur, D 960 a reçu le
Grammy Award, et un Edison Award a récompensé un enregistrement des Scènes d’Enfants, Kreisleriana et Humoresque de Schumann. Ces deux distinctions ont été décernées dans la catégorie « meilleure interprétation instrumentale de l’année ». L’artiste a également enregistré deux albums avec Murray Perahia (CBS), deux albums de Lieder de Schubert avec Barbara Hendricks (EMI), ainsi qu’un disque d’œuvres pour piano à quatre mains de Schubert avec Daniel Barenboim (Teldec).

En 2006, Radu Lupu a reçu le Premio Internazionale Arturo Benedetto Michelangeli et, pour la seconde fois, le prix Abbiati, décerné par l’Association des critiques italiens, qu’il avait déjà obtenu en 1989.

Zürcher Kammerorchester download

Fondé en 1945 par Edmond de Stoutz, l’orchestre de chambre de Zurich figure aujourd’hui parmi les plus importantes formations musicales de sa catégorie. L’ensemble a acquis une renommée internationale sous la baguette d’Edmond de Stoutz puis, plus tard, de celle de Howard Griffiths et de Muhai Tang. De 2011 à 2015, alors qu’il était sous la direction de Sir Roger Norrington, chef d’orchestre mondialement connu, l’orchestre de chambre de Zurich a pu renforcer durablement son excellente réputation. Depuis la saison 2016/17, l’orchestre est pour la première fois dirigé non plus par un chef d’orchestre mais par un instrumentiste, le directeur musical Daniel Hope.

Des invitations régulières à des festivals internationaux tels que les BBC Proms au Royal Albert Hall à Londres, des représentations dans de grands centres musicaux, des tournées de concerts à travers l’Europe, les Etats-Unis, l’Asie et l’Afrique du Sud, ainsi que de nombreuses productions encensées par la presse spécialisée attestent de la renommée mondiale dont jouit l’orchestre de chambre de Zurich. En 2017, l’orchestre a reçu le prix « Echo Klassik » dans la catégorie « Klassik ohne Grenzen » pour deux productions de CD.

Son répertoire est très varié, allant du baroque au contemporain en passant par le classique et le romantique. L’orchestre se distingue également par sa collaboration avec des musiciens d’autres horizons comme le jazz, la musique folklorique et la variété. Les différents concerts pour familles, enfants et bébés, le travail de médiation avec des jeunes et des enfants ainsi que la promotion de jeunes instrumentistes revêtent autant d’importance pour l’orchestre de chambre de Zurich que la collaboration permanente avec des solistes mondialement reconnus.

Jukka-Pekka Saraste , direction

Jukka-Pekka Saraste download

Stravinsky, Mozart, Beethoven

Vendredi 2 février 2018

Charles Hervet , violoncelle

Charles Hervet download

Né en Bourgogne, Charles Hervet débute le violoncelle à l’âge de six ans. Il fait ses débuts au Wigmore Hall de Londres en 2011. En tant que soliste, Charles a interprété les principaux concertos tels que Haydn, Schumann, Dvorák ou Chostakovitch.

Parmi ses prestations les plus remarquées récemment, on peut citer sa collaboration avec Wolfram Christ, Michel Dalberto, Renaud Capuçon ou les solistes du Metropolitan Opera, un concert aux Proms de Londres enregistré et diffusé sur BBC Radio 3, plusieurs concerts en direct sur France Musique, et le Triple concerto de Beethoven avec Jan Talich et Jean-Yves Thibaudet sous la direction d’ Andrew Litton.
Ses prochains engagements comprendront des concerts en Belgique, Suisse, et dans divers festivals en France.

Il travaille de façon régulière avec Gautier Capuçon, Colin Carr et Mario Brunello, et prend part à des master-classes avec Truls Mørk, Steven Isserlis, etc. En musique de chambre il bénéficie notamment des conseils de Thomas Brandis, Ian Brown, des Quatuor Skampa et Artis lors de master-classes à Londres ou à Manchester, sponsorisées par le Wigmore Hall Trust.

En tant qu’étudiant à la Royal Academy of Music ou membre du Gustav Mahler Jugendorchester, Charles a joué au Musikverein de Vienne, au Concertgebouw d’Amsterdam ou à l’Avery Fisher Hall de New York. Il a travaillé avec des chefs d’orchestre et solistes illustres tels que Herbert Blomstedt, Daniele Gatti, Christoph von Dohnányi, Joyce DiDonato etc.

En 2013/2014 il a fait partie de l’Académie d’orchestre du London Symphony Orchestra (LSO String Experience Scheme). Charles Hervet est diplomé de la Royal Academy of Music, et lauréat de la Fondation Louis Vuitton.

Samuel Parent , piano

Samuel Parent download

Formé par Brigitte Engerer, Samuel Parent obtient son diplôme du CNSM de Paris en 2004. Primé au concours international de Monza (Italie), il est également le pianiste du Trio con Fuoco au sein duquel il se produit en France et à l’étranger. Chambriste recherché, il a joué avec des partenaires comme Gautier Capuçon, Hugues Borsarello, Henri Demarquette, Mathilde Borsarello-Herrmann, Olivier Patey, le Quatuor Ebène, le Quatuor Van Kuijk, Romain Descharmes ou encore Erik Berchot. Depuis la première saison, Samuel Parent est le pianiste accompagnateur de la prestigieuse classe d’excellence de violoncelle de Gautier Capuçon à la Fondation Louis Vuitton (Paris).

Schumann, Attahir, Brahms

Nelson Freire , piano

Nelson Freire download

Né au Brésil, Nelson Freire commence le piano à trois ans et donne son premier récital à cinq ans. Ses professeurs sont Nise Obino et Lucia Branco qui a travaillé avec un élève de Liszt. Agé de douze ans, il est lauréat du Concours International de Rio de Janeiro. Il continue ses études à Vienne avec Bruno Seidlhofer. En 1964, Nelson Freire reçoit à Lisbonne le Premier Grand Prix du Concours International « Vianna da Motta » et à Londres les Médailles d’Or « Dinu Lipatti » et « Harriet Cohen ».

Nelson Freire s’est produit entre autres avec Pierre Boulez, Václav Neumann, Rudolf Kempe, Riccardo Chailly, Chung Myung-whun, Charles Dutoit, Rafael Frühbeck de Burgos, Valeri Gergiev, Fabio Luisi, Eugen Jochum, Kurt Masur, Lorin Maazel, Ingo Metzmacher, Seiji Ozawa, André Previn, Tugan Sokhiev, Yuri Temirkanov, Ilan Volkov, David Zinman, Emmanuel Krivine, Jakub Hrusa, Louis Langrée, Lionel Bringuier. Nelson Freire est l’invité de prestigieuses formations, Philharmonique de Berlin, Gewandhaus de Leipzig, Philharmonique de Munich, Bayerische Rundfunk, Deutsches Symphony Orchester Berlin, Concertgebouw d’Amsterdam, Rotterdam Philharmonic, Tonhalle de Zurich, Orchestre de la Suisse Romande, Symphonique de Vienne, Philharmonique Tchèque, l’Orchestre du Théâtre Mariinsky, Philharmonique de St Petersbourg, BBC Symphony, London Symphony, Royal Philharmonic, Oslo Philharmonic, Bamberger Symphoniker, Israel Philharmonic, NHK Tokyo, Orchestre de Paris, Orchestre national de France, Philharmonique de Radio France, ainsi que des Orchestres de Boston, Chicago, Cleveland, Los Angeles, Montréal, New York, Philadelphia. Tournées « historiques » avec Martha Argerich en 2003 au Japon, en 2004 au Brésil et en Argentine, et en 2005 aux Etats-Unis. Nelson Freire se produit régulièrement en récital dans les grandes capitales européennes ainsi qu’aux Etats-Unis, Japon, Chine et Amérique du Sud. Nelson Freire est désormais artiste exclusif DECCA.

Ses trois premiers CD consacrés à Chopin et Schumann sont unanimement acclamés par la critique. Il a enregistré également les Sonates de Beethoven, les Préludes de Debussy, les Nocturnes de Chopin, Live from Salzburg avec Martha Argerich (DGG), un récital Liszt, un disque « Brasileiro – Villa Lobos & Friends ». Avec orchestre, il a enregistré les Concertos de Brahms avec le Gewandhaus Orchester de Leipzig sous la direction de Riccardo Chailly ainsi qu’un DVD Chopin (Concerto n°2) avec BBC Symphony et Lionel Bringuier (Prom’s live.). Dernières parutions : un prestigieux coffret de sept disques « The Complete Columbia Album Collection » chez Sony, et toujours chez Decca la compilation « Radio Days » avec des enregistrements radio de 1968 à 1979, Beethoven Concerto N°5 avec le Gewandhausorchester et Riccardo Chailly, Chopin Concerto N°2 avec l’Orchestre Gürzenich de Cologne et Lionel Bringuier et un récital Bach. Son dernier disque Bach, toujours chez Decca, reçoit le prestigieux Echo Prize comme meilleur enregistrement solo de l’année 2016.

En janvier 2011, Nelson Freire a été promu chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur.

Bach-Siloti, Schumann, Debussy, Albéniz

Samedi 3 février 2018

Lizi Ramishvili , violoncelle

Lizi Ramishvili download

Agée de vingt ans, la violoncelliste géorgienne Lizi Ramishvili voit le jour dans une famille de musiciens. Elle commence l’étude de l’instrument à sept ans et donne son premier concert à huit ans seulement. Après avoir fréquenté la classe du Professeur Tamara Gabarashvili à l’École centrale de musique Paliashvili de Tbilissi, elle intègre la formation Pre-College de la Kronberg Academy, où elle suit les cours du Professeur Frans Helmerson. Elle étudie actuellement à la Haute école de musique Genève-Neuchâtel. Lizi fait ses débuts internationaux à l’âge de treize ans et ses premiers pas aux Etats-Unis en 2013. Elle donne son premier concert au Carnegie Hall en 2016. Sa performance récente au Konzerthaus de Berlin a été retransmise live sur la célèbre chaîne de TV franco-allemande Arte. Elle s’est produite dans de nombreux festivals internationaux : le Festival international Musica Mundi en Belgique, le Young Euro Classic Festival et le Kronberg Academy Festival en Allemagne, les Peregrinos Musicians en Espagne, l’Al Bustan Festival au Liban, le Festival international Rostropovitch et le Festival d’Hiver en Russie. Parmi les orchestres avec lesquels elle se produit en soliste, on citera la Real Filharmonía de Galicie, l’Orchestre de chambre géorgien d’Ingolstadt, l’Orchestre symphonique de Tbilissi, l’Orchestre symphonique Tchaïkovski et l’Orchestre symphonique d’Etat « Novoya Rossyia », dirigés par Yuri Bashmet, Gianluca Marcianò, Benjamin Shwartz, Kazuki Yamada et Saulius Sondeckis. Lizi a remporté le 1er Prix et le « Golden Nutcracker » lors du Concours TV international « Nutcracker » 2010 en Russie, le Grand Prix du Concours international « Renaissance » en Arménie, la finale nationale en 2012 du Concours eurovision des jeunes musiciens classiques, ainsi que le Prix Zhvania Tsinandali pour jeunes scientifiques et artistes à Tbilissi en 2016. Elle s’est vue en outre attribuer des bourses complètes de Rostropovitch, Miaskovski et Boris Pergamenchikov.

Gvantsa Buniatishvili download

Née en Géorgie en 1986, Gvantsa Buniatishvili se produit très jeune en public, aussi bien en récital et en duo à quatre mains avec sa sœur Khatia qu’avec orchestre, y compris à l’étranger. Diplômée du conservatoire de Tbilissi, dans la classe de Tengiz Amiredjibi, elle s’est produite notamment à Vienne (Musikverein), Paris (Salle Pleyel, Théâtre des Champs-Élysées, Philharmonie), Aix-en-Provence (Grand Théâtre de Provence), Prague (Rudolfinum Concert Hall), Berlin (Philharmonie), Dortmund (Konzerthaus), Stuttgart (Liederhalle), Turin (Conservatoire Verdi), Innsbruck, Genève, Zurich, Montreux etc. Elle est invitée par les festivals de la Ruhr, Lucerne, Schubertiade en Autriche, La Roque-d’Anthéron, Eygalières, Saint-Denis, Auvers-sur-Oise, au Gstaad Menuhin Festival, au Antalya piano festival, au Al Bustan festival à Beyrouth et au Progetto Martha Argerich à Lugano. Gvantsa Buniatishvili parle couramment géorgien, français, anglais et russe.

Beethoven, Attahir, Strauss

Renaud Capuçon , violon

Renaud Capuçon download

Né à Chambéry en 1976, Renaud Capuçon étudie au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris avec Gérard Poulet et Veda Reynolds, puis avec Thomas Brandis à Berlin et Isaac Stern. En 1998, Claudio Abbado le choisit comme Konzertmeister du Gustav Mahler Jugendorchester ce qui lui permet de parfaire son éducation musicale avec Pierre Boulez, Seiji Ozawa, Daniel Barenboim et Franz Welser-Moest. En 2000, il est nommé « Rising Star » et « Nouveau talent de l’Année » aux Victoires de la Musique puis « Soliste instrumental de l’année » en 2005. En 2006, Prix Georges Enesco décerné par la Sacem.

Renaud Capuçon collabore avec les plus grands chefs et les orchestres les plus prestigieux comme le Philharmonique de Berlin avec Bernard Haitink, David Robertson, Matthias Pintscher, Los Angeles Philharmonic avec Gustavo Dudamel, Andris Nelsons, Daniel Harding, Lionel Bringuier, Orchestre de Paris avec Wolfgang Sawallish Christoph Eschenbach et Paavo Jarvi, Orchestre National de France avec Daniele Gatti, Orchestre Philharmonique de Radio France avec Myung-Whun Chung, Chamber Orchestra of Europe avec Semyon Bychkov, Yannick Nézet-Séguin, Leipzig Gewandhaus Orchester avec Kurt Masur, Staatskapelle de Dresde avec Daniel Harding, WDR Cologne avec Jukka Pekka Saraste, Orchestre Symphonique Académique de Moscou avec Vladimir Yurowsky, New York Philharmonic et Philadelphia Orchestra avec Charles Dutoit, Chicago Symphony Orchestra avec Bernard Haitink, Boston Symphony avec Christoph von Dohnanyi et Andris Nelsons, Philharmonia Orchestra avec Juraj Valculha, Swedish Radio Orchestra et Daniel Harding, Oslo Philharmonic et J.P. Saraste, Tonhalle Zurich Orchestra et Lionel Bringuier, Orchestre de la Suisse Romande, Bamberg Symphony et Jonathan Nott, Berlin Staatskapelle et Antonio Papano, Santa Cecilia Orchestra Rome et Semyon Bychkov, RAI Turin et Juraj Valculha, Seoul Philharmonic et Myung-Whun Chung, NHK Symphony et Stéphane Denève. Il a donné la Création mondiale du Concerto pour violon de Pascal Dusapin avec le WDR Cologne, ainsi qu’un cycle de musique de chambre Brahms/Fauré de 5 concerts au Musikverein à Vienne.

Récemment, Renaud Capuçon s’est produit en résidence avec le Wiener Symphoniker et Philippe Jordan, en tournée avec le Symphonique de Lucerne/James Gaffigan, Rotterdam Philharmonic /Yannick Nézet-Séguin, Scottish Chamber, Wiener Symphoniker et DSO Berlin avec Robin Ticciati, Israël Philharmonic, Orchestre Mariinsky de Saint-Petersburg/Valeri Gergiev.

Parmi ses engagements de la saison 2016/17 on peut citer Singapour Symphony avec Gustavo Dudamel, Orchestre de Paris avec Daniel Harding, Boston Symphony avec Alain Altinoglu, Philadelphia Orchestra avec Tugan Sokhiev, Royal Philharmonic Orchestra avec Charles Dutoit, tournée en Chine et Hong-Kong avec le Hong-Kong Philharmonic et Jaap van Zweden, Orchestre National de France avec Valeri Gergiev, ainsi qu’une tournée de récitals avec Khatia Buniatishvili et avec Nicholas Angelich.

Points forts de la saison 2017/18 : tournée européenne avec la Camerata Salzburg avec l’intégrale des 5 concertos pour violon de Mozart, Berlin Staatsoper et London Symphony Orchestra avec François-Xavier Roth, Vienna Philharmonic avec Robin Ticciati, Vienna Symphony et Stockholm Philharmonic avec Alain Altinoglu, Chamber Orchestra of Europe avec Jaap van Zweden, Los Angeles Philharmonic avec Matthias Pintscher, Detroit Symphony avec Leonard Slatkin, Seoul Philharmonic avec Thierry Fischer, Orchestre National de France et Scottish Chamber Orchestra avec Emmanuel Krivine, Orchestre Philharmonique de Radio France et Royal Flemish Philharmonic avec Lahav Shani.

Passionné de musique de chambre, il collabore avec Martha Argerich, Nicholas Angelich, Kit Armstrong, Khatia Buniatishvili, Frank Braley, Guillaume Bellom, Yefim Bronfman, Hélène Grimaud, Khatia et Marielle Labèque, Maria João Pires, Jean-Yves Thibaudet, Gérard Caussé, Yuri Bashmet, Myung-Whun Chung, Yo Yo Ma, Mischa Maisky, Truls Mork, Michael Pletnev, et son frère Gautier dans les plus grands festivals : Aix-en-Provence, Saint-Denis, La Roque- d’Anthéron, Menton, Colmar, Hollywood Bowl, Tanglewood, Gstaad, Lucerne, Lugano, Verbier, Salzburg, Rheingau, Bucarest Festival Enescu, Amsterdam, Granada…

Discographie chez Erato : avec Martha Argerich Trios Haydn / Mendelssohn et Triple de Beethoven, Berlioz / Saint-Saëns/Milhaud / Ravel avec la Deutsche Kammerphilharmonie / Daniel Harding, L’Arbre des Songes / Dutilleux avec le Philharmonique de Radio France / M.-W. Chung Mendelssohn / Schumann avec le Mahler Chamber Orchestra / Daniel Harding, Mozart avec le Scottish Chamber Orchestra, Louis Langrée et Antoine Tamestit, la musique de chambre de Schubert, Ravel, Saint-Saëns, ainsi que Brahms sonates, trios et quatuor de Brahms avec Nicholas Angelich, son frère Gautier et Gérard Caussé, les concertos de Beethoven / Korngold avec le Rotterdam Philharmonic et Yannick Nézet-Séguin, l’Intégrale des Sonates de Beethoven avec Frank Braley et l’Intégrale Fauré avec N. Angelich, G. Capuçon, M. Dalberto, G. Caussé et le Quatuor Ébène. Après les concertos de Brahms et Berg avec le Philharmonique de Vienne et Daniel Harding, Saint-Saëns avec le Philharmonique de Radio France et Lionel Bringuier, ainsi que l’Histoire de Babar – Poulenc / Debussy / Ridout avec Laurence Ferrari et Jérôme Ducros, son premier Best of « Violon Roi », un coffret de 3 CD retraçant son parcours et un récital avec Khatia Buniatishvili (Frank – Grieg – Dvorak). Dernières parutions : un disque réunissant la Symphonie espagnole de Lalo, le premier concerto de Bruch et les airs bohémiens de Sarasate et un disque avec des concertos contemporains Rihm/Dusapin/Montovani nominée pour le meilleur enregistrement aux Victoires de le Musique et Echo Prize 2017 et un disque de sonates et trios de Debussy sorti en octobre 2017.

Renaud Capuçon joue le Guarneri del Gesù « Panette » (1737) qui a appartenu à Isaac Stern. Il est promu « Chevalier dans l’Ordre National du Mérite » en juin 2011 et « Chevalier de la Légion d’honneur » en mars 2016. Il est le fondateur et directeur artistique du Festival de Pâques d’Aix-en-Provence et du Festival Les Sommets Musicaux de Gstaad, ainsi que professeur de violon à la Haute Ecole de Musique de Lausanne.

Nicholas Angelich download

Né aux Etats Unis en 1970, Nicholas Angelich donne son premier concert à sept ans et entre à treize ans au Conservatoire National Supérieur de Paris et étudie avec Aldo Ciccolini, Yvonne Loriod, Michel Béroff. Il travaille aussi avec Marie-Françoise Bucquet, Leon Fleischer, Dmitri Bachkirov et Maria João Pires. Il remporte à Cleveland le 2e Prix du Concours International R. Casadesus, le 1er Prix du Concours International Gina Bachauer. Sous le parrainage de Leon Fleischer, il reçoit en Allemagne le prix des jeunes talents du « Klavierfestival Ruhr ». Aux Victoires de la Musique Classique 2013, il reçoit la Victoire du « Soliste Instrumental de l’Année ».

Grand interprète du répertoire classique et romantique, il donne l’intégrale des Années de Pèlerinage de Liszt. Il s’intéresse également à la musique du vingtième siècle : Messiaen, Stockhausen, Pierre Boulez, Eric Tanguy, Bruno Mantovani dont il crée Suonare, Pierre Henry dont il crée le Concerto sans orchestre pour piano ainsi que le concerto de Baptiste Trotignon, Different Spaces (CD chez Naïve). En mai 2003, il fait ses débuts avec le New York Philharmonic et Kurt Masur. Toujours sous sa direction, mais avec l’Orchestre National de France, il effectue une tournée au Japon. Vladimir Jurowski l’invite en octobre 2007 à faire l’ouverture de la saison à Moscou avec l’Orchestre National de Russie.

Nicholas Angelich s’est produit avec le Boston Symphony, Philadelphia Orchestra, Los Angeles Philharmonic, les orchestres de Bordeaux, Lyon, Lille, Strasbourg, Toulouse, Montpellier, Monte-Carlo, Orchestre National de France, Orchestre Philharmonique de Radio France, Orchestre de Paris, Orchestre de Chambre de Lausanne, Orchestre de la Suisse italienne, Orchestre de la Radio de Stuttgart, Philharmonique de Dresde, Royal Philharmonic Orchestra, London Phiharmonic, London Symphony, Royal Scottish National Orchestra, Scottish Chamber Orchestra, Seoul Philharmonic, Hong Kong Sinfonietta, Rotterdam Philharmonic, Mahler Chamber Orchestra, Chamber Orchestra of Europe, Orchestre du Théâtre Mariinsky, Tonhalle de Zurich, Gustav Mahler Jugendorchester, Philharmonique de Liège, Monnaie de Bruxelles, sous la direction de : Charles Dutoit, Vladimir Jurowski, Yannick Nézet-Séguin, Tugan Sokhiev, Lionel Bringuier, Louis Langrée, Stéphane Denève, Christian Zacharias, Marc Minkowski, Gianandrea Noseda, Paavo et Kristjan Järvi, Kurt Masur, Myung-Whun Chung, Daniel Harding, Sir Colin Davis, Valeri Gergiev, John Nelson, Lawrence Foster, Jaap van Zweden…

En musique de chambre, il joue avec Martha Argerich, Gil Shaham, Yo-Yo Ma, Joshua Bell, Maxim Vengerov, Renaud et Gautier Capuçon, Edgar Moreau, Daniel Müller-Schott, Leonidas Kavakos, Gérard Caussé, les Quatuors Ebène, Modigliani.
Discographie : chez Harmonia Mundi un récital Rachmaninov, chez Lyrinx un récital Ravel, chez Mirare, Les Années de Pèlerinage de Liszt et un récital Beethoven. Chez Erato, dont il est artiste exclusif : de Brahms les Quatuors, les Trios avec Renaud et Gautier Capuçon les Sonates pour violon et piano avec Renaud Capuçon, deux récitals, les Concertos avec l’Orchestre de la Radio de Francfort et Paavo Järvi, la musique de chambre de Gabriel Fauré et les Variations Goldberg de J.S. Bach. Dernière parution : un récital Chopin, Schumann, Liszt.

Quatuor Hermès download

La très florissante carrière du Quatuor Hermès comprend des tournées aux quatre coins de l’Europe, en Asie (Chine, Japon, Taïwan), aux États-Unis et en Amérique du Sud, ainsi qu’au Maroc, en Égypte au Kazakhstan ou aux Émirats arabes unis. Ils sont fréquemment invités dans de grands festivals français et étrangers comme les Flâneries Musicales de Reims, le Festival de Radio France et Montpellier, le Festival du Périgord noir, le Festival de Colmar, le Festival de L’Orangerie de Sceaux, le Festival de Pâques de Deauville ; au Cheltenham Music Festival, Mecklenburg-Vorpommern Festival, Krzyzowa Music Festival, Mantova Chamber Music Festival…

Régulièrement invité aux Etats-Unis, le Quatuor s’y produit dans de prestigieuses salles comme au Kennedy Center de Washington ou au Carnegie’s Zankel Hall à New York. Leur parcours est jalonné de rencontres déterminantes : les Quatuors Ravel, Ysaÿe, et Artemis avec lesquels les quatre musiciens se sont formés et ont développé une pensée musicale commune ; puis des personnalités marquantes comme Eberhard Feltz à Berlin, et plus tard Alfred Brendel, immense inspiration avec lequel ils travaillent régulièrement aujourd’hui. Le Quatuor Hermès a reçu de nombreux prix prestigieux : « Révélation Musicale de l’Année » du Prix de la Critique 2014-15, le « Nordmetall Ensemble Preis 2013 » du Festival Mecklenburg-Vorpommen. Il est également 1er Prix du Concours international de Genève 2011, 1er Prix au concours FNAPEC 2010, 1er Prix du Concours international de Musique de Chambre de Lyon 2009, et 1er Prix aux YCA international auditions à New York. Les quatre musiciens étaient artistes en résidence de la chapelle Reine Elisabeth de 2012 à 2016, et sont soutenus depuis 2015 par la Fondation d’entreprise Banque Populaire et la Fondation Singer-Polignac à Paris. Le dernier disque du Quatuor Hermès, les trois quatuors op.41 de Robert Schumann (paru chez La Dolce Volta), a suscité l’enthousiasme du public et de la presse qui lui a décerné d’élogieuses critiques et récompenses, dont un Choc de l’année 2015 du magazine Classica, un ffff du magazine Télérama, et la recommandation de The Strad Magazine.

Un nouvel enregistrement sur le même label, consacré aux quatuors de Debussy, Ravel et Dutilleux sortira courant 2017. Élise Liu joue un violon David Tecchler prêté par le Fonds Instrumental Français. Depuis août 2016, Omer Bouchez joue un violon de Joseph Gagliano 1796 prêté par Mécénat Musical Société Générale.

Debussy, Ravel, Chausson